• Alice Gontier

[Rapport] Bilan 2019 Projet France Lot

Mis à jour : juil. 24

La forêt française couvre 31% du territoire métropolitain avec des peuplements mixtes, majoritairement de feuillus. Elle est en expansion, et progresse de 0.7% chaque année. Il est ainsi répandu de penser que les forêts françaises sont en bonne santé et bien préservées, mais malheureusement les changements climatiques et la malforestation entrainent des risques de dégradation pour ces écosystèmes.

Pour répondre à la demande croissante de bois, certains massifs forestiers subissent un enrésinement des peuplements depuis plusieurs dizaines d’années. La monoculture de conifères remplace ainsi les peuplements naturels feuillus. Pourtant, cette industrialisation de la sylviculture impacte négativement le rôle d’habitat de la forêt, sa biodiversité, le stockage carbone des sols et la résilience des forêts. Le fort morcellement ne facilite pas non plus leur préservation. En effet, la forêt française appartient à près de 3,7 millions de propriétaires privés, soit 1 français sur 20. Loin d’être de grands propriétaires terriens, 2,2 millions d’entre eux possèdent moins d’un hectare de bois. Ce morcellement, l’éloignement géographique des familles et le manque de connaissances sur le milieu forestier conduisent au délaissement de ces petites forêts. Face à ces enjeux, et car elle est le 4ème domaine forestier d’Europe, la forêt française nécessite qu’on se mobilise pour la préserver.

Le projet Coeur de Forêt France, lancé en 2017, a vocation à préserver les petites forêts françaises. Par la mobilisation et la sensibilisation des citoyens et des propriétaires de forêts, nous souhaitons améliorer les connaissances sur ces forêts et leur suivi. Pour cela, un plan de communication ambitieux et la réalisation d’animations de sensibilisation auprès de ces publics participera à recréer le lien parfois rompu entre les citoyens/propriétaires et les forêts. Notre vision d’une gestion durable s’applique tout au long des opérations en forêt, de la plantation aux travaux d’exploitation, en passant par les importantes opérations d’amélioration.

L’objectif est de guider le propriétaire forestier vers une gestion sylvicole durable en « bon père de famille ». A travers une succession d’étapes : la sensibilisation, le diagnostic, l’étude avant-projet, la plantation ou les travaux d’amélioration et enfin, la valorisation des produits de la forêt, nous lui donnons les outils pour la gestion durable de son patrimoine naturel. Il devient ainsi lui-même acteur de la préservation des forêts. Ce suivi amélioré permettra ainsi de réduire les risques de feux de forêt, de propagation de maladies et de limiter l’impact du changement climatique sur les peuplements d’arbres.

Enfin, la valorisation locale des bois est également essentielle. Nous accompagnons et mettons en réseau les entrepreneurs locaux de la 1ère et de la 2nd transformation du bois. Cela permet de trouver des débouchés pour l’exploitation durable des petites parcelles, mais aussi d’identifier les entrepreneurs capables de réaliser les travaux forestiers en respectant une charte d’intervention rigoureuse préservant la forêt, la biodiversité, le sol, l’eau et les parcelles alentours. L’état de nos forêts demain sera le reflet de notre capacité à gérer durablement, dès aujourd’hui, cette ressource naturelle qu’est le bois.

La gestion de notre patrimoine commun, que sont les forêts, doit permettre d’assurer nos besoins sans compromettre la capacité des générations futures à satisfaire les leurs. C’est d’autant plus vrai en forêt !


NOS ACTIONS SUR L’ANNÉE 2019

GESTION & PLANTATIONS

En 2019, Cœur de Forêt a signé la charte forestière du territoire Grand Quercy, portée par le Pôle d’Equilibre Territorial et Rural (PETR). Co-signée par une quinzaine d’acteurs, la charte porte une vision stratégique de la gestion forestière sur le territoire. Elle doit créer les conditions favorables au regroupement foncier, améliorer la gestion durable de la forêt, la qualité de ses ressources et services, mais aussi renforcer la contribution de la filière forêt-bois dans le développement économique du territoire. Elle étend la surface d’application par rapport à la charte appliquée historiquement en Bouriane, quadruplant ainsi la surface concernée, tout comme le nombre de propriétaires forestiers. Cœur de Forêt y est cité pour ces actions tests sur la valorisation des bois locaux.

Notre équipe a également participé à plusieurs rencontres techniques avec le CRPF ou le CETEF concernant le Plan de

Développement de Massif, la gestion des taillis de châtaigniers ou des rencontres autour de la sylviculture et du bois-énergie. La première action de Cœur de Forêt pour l’accompagnement des propriétaires de petits bois (moins de 10 ha), est la réalisation de diagnostics forestiers pour l’édition de « portraits de propriétés ». Ces portraits permettent une meilleure connaissance de la forêt et une première base vers un projet plus approfondi de mise en gestion, d’amélioration sylvicole de ces bois et parfois d’un projet de boisement additionnel. Il se matérialise par une synthèse et un poster décrivant le sol, le climat, les bois, leur composition et types de forêts par zones, ainsi que des conseils sur les actions possibles de gestion.


Légende :

1. Ulysse, stagiaire Coeur de Forêt, aidant François CAZES pour les relevés d’analyse du sol / 2. Taillis de chataignier, peuplement commun dans la régon / 3. Remise du premier portrait de propriété à Delphine Fougères et Vincent Pupin en juillet 2019/ 4. Parcelle en monoculture de conifère en Auvergne / 5. François CAZES enregistre la mesure de la surface terriere par commande vocale / 6. Analyse du PH du sol / 7. Yann Clément (CRPF) et François CAZES, les deux techniciens pour une journée de sensibilisation.


Ces premiers diagnostics ont été réalisés en partenariat étroit avec François CAZES (EIRL Canopée Conseils), jeune conseiller forestier. Grâce à ce partenariat, nous avons abouti à une version finalisée du poster « portraits de propriété » et des éléments à recenser par le conseiller forestier lors du diagnostic. La méthode est désormais applicable avec d’autres conseillers forestiers afin d’augmenter le nombre de bénéficiaires du projet Cœur de Forêt ainsi que notre surface d’intervention. Nous étudions la mise en place de partenariats techniques avec 4 nouveaux entrepreneurs forestiers pour la réalisation de ces diagnostics.

En 2019, nous avons ainsi réalisé 15 diagnostics sur un total de 76,63 ha de forêts. 5 posters ont été remis aux familles concernées et les 10 restants le seront courant 2020. De nouveaux diagnostics sont en cours de discussions avec 8 nouvelles familles bénéficiaires.

Les projets ayant menés à des travaux d’amélioration sylvicoles et de boisement, nous ont permis de planter un total de 4 311 arbres chez les familles DIEZ, DESTAING, CRUBILIE, FRANSSEN, BIDOU, OUDAR, BOURGEOIS, ainsi qu’avec la commune d’ALVIGNIAC LES EAUX. Les 128 espèces et variétés reboisées sont principalement des essences locales sélectionnées auprès de pépiniéristes locaux.

Parmi ces espèces certaines sont sur liste rouge de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature), indiquant grâce à leur statut de conservation, la gravité de la menace qui pèse sur l’espèce concernée. Plus précisément, certaines présentent un intérêt fort en terme de conservation biologique à l’échelle française : Abricotier (Prunus armeniaca) ENM, Alisier torminal (Sorbus torminalis) LCF, Amélanchier (Amelanchier ovalis) LCF, Arbousier (Arbutus

1unedo) LCFM, Bouleau blanc (Betula pendula) LCFM, Charme commun (Carpinus betulus) LCFM, Châtaignier commun (Castanea sativa) LCFM, Chêne pédonculé (Quercus robur) LCFM, Chêne pubescens (Quercus pubescens), LCFM, Chêne sessile (Quercus petraea) LCFM, Eglantier ou Rosier des chiens (Rosa canina) LCF , Erable champêtre (Acer campestre) LCFM, Erable de Montpelier (Acer monspessulanum) LCFM, Erable plane (Acer platanoides) LCFM, Erable sycomore (Acer pseudoplatanus) LCFM, Figuier (Ficus carica) LCFM, Frêne commun (Fraxinus excelsior) LCF NTM, Hêtre commun (Fagus sylvatica) LCFM, Merisier vrai (Prunus avium) LCFM, Nerprun purgatif (Rhamnus cathartica) LCFM, Olivier (Olea europaea) LCF, Saule blanc (Salix alba) LCFM, Pin maritime (Pinus pinaster) LCFM, Pin sylvestre (Pinus sylvestris) LCFM, Pommier sauvage (Malus sylvestris) LCF, Prunellier (Prunus spinosa) LCFM, Sorbier des oiseleurs (Sorbus aucuparia) LCFM, Sureau noir (Sambucus nigra) LCFM, Argousier

(Hippophae rhamnoides) LCFM, Bourdaine (Frangula alnus) LCFM, Chèvrefeuilles ou Camérisier à balai (Lonicera xylosteum) LCF, Cornouiller mâle (Cornus mas) LCFM, Cornouiller sanguin (Cornus sanguinea) LCF, Genêt à balai (Cytisus scoparius) LCF, Genévrier commun (Juniperus communis) LCFM, Ginkgo biloba ENM, Laurier sauce (Laurus nobilis) LCFM , Viorne tin (Viburnum tinus) LCF, Noisetier (Corylus avellana) LCE, Viorne lantane (Viburnum lantana) LCF.


Légende :

1. Alisier torminal (Sorbus torminalis) / 2. Plantation chez la famille DIEZ / 3. Préparation de la disposition des arbres chez la famille DIEZ / 4. Plantation à Alvigniac les Eaux / 5. Forêt avant détourage chez la famille BIDOU / 6. Zoom sur la tarière avant extraction de la carotte de sol /


L’évaluation des populations de plantes vasculaires à l’échelle de la France est venue complétée les évaluations réalisées précédemment à l’échelle internationale et européenne seulement en 2018. Les statuts de conservation UICN vont du moins critique au plus critique : (NT) pour Near Threatened (en français : Quasi-menacé), (LC) pour Least Concern (en français : Préoccupation mineure), (VU) pour Vulnerable (en français : Vulnérable), (EN) pour Endangered (en français : En danger). Les statuts additionnés des mentions « F », « E » ou « M » indiquent l’échelle d’évaluation pour l’espèce concernée, respectivement aux niveaux France, Europe ou Monde.


Légende :

1. Plant de Merisier vrai (Prunus avium) / 2. Plant d’érable / 3. Apex d’un jeune plant de Pin maritime (Pinus pinaster) / 4. Plant d’Olivier (Olea europaea) / 5. Jeune plant de chêne / 6. Jeune plant de Châtaignier commun (Castanea sativa) après débourrage.



Focus sur le projet de la famille DESTAING.

M. DESTAING est chercheur à l’université de Grenoble. Investi, lui et sa compagne, sur les questions environnementales et la biodiversité, ils mettent à profit l’héritage familial pour replanter un hectare de forêt appartenant à la famille depuis plusieurs générations. C’était une parcelle de forêt très appréciée par la grand-mère de M. DESTAING. Conscient que l’avenir réside dans des forêts variées, avec des essences adaptées, l’objectif de la famille est aujourd’hui de réaliser un reboisement de haute biodiversité, avec des espèces rustiques adaptées aux

conditions climatiques de la châtaigneraie, qui permettront d’accueillir une flore et une faune variée. Le mois de novembre 2019 a permis de choisir les essences qui ont été plantées et leur disposition sur la parcelle. Un accès principal a été aménagé sur la parcelle avant de laisser place au travail de poquets de sols à l’aide d’un outil nommé « Dent Becker » qui permet de travailler le sol sans modifier les différents horizons et ainsi préserver la biodiversité ainsi que le carbone et l’humus du sol. Enfin la plantation des 632 arbres a pu avoir lieu au mois de décembre, en créant différents effets (brise vent, lisières, …) grâce à la diversité de 17 essences réparties sur 1 hectare


Légende :

1. Chantier de plantation chez la famille DESTAING / 2. Jeunes chênes en attente d’être plantés / 3. Visite de préparation avant projet chez la famille DESTAING / 4. Chantier de plantation chez la famille DESTAING / / 5. Jeune plant fraîchement planté (DESTAING) /



SENSIBILISATION

Comme tous les ans, la Journée Internationale des Forêts est un temps fort sur le projet. Au-delà d’identifier de nouveaux propriétaires de petits bois qui pourraient intégrer le projet, cela permet de sensibiliser les habitants de la région à la gestion forestière durable et à notre rapport à la forêt.

Le 23 mars 2019, s’est ainsi tenu l’événement « Fête de Massif du Frau » sur la commune de Lavercantière (46164). Près de 150 participants ont fait le déplacement, dont des élus, des référents forestiers locaux, des artisans et des propriétaires forestiers. La journée s’est articulée autour de plusieurs temps forts. Une explication de la gestion forestière et une balade commentée ont permis l’initiation des participants à la sylviculture douce. La présentation de la bière brassée localement « La Goulue » et un pique-nique forestier ont mis à l’honneur des produits non-ligneux issus des forêts.


Légende :

1. Chorale des Marottins, lors de la Fête de massif Frau / 3. Village du bois / 4. Atelier «Wood Lab» à la Fête de l’arbre / 5. Anthony CHEVAL, lors de la Fête de massif Frau / 6. Départ de la balade de découverte de la gestion forestière, lors de la Fête de massif Frau


Enfin la sélection de quelques arbres à abattre, la démonstration d’un débitage des troncs en planches, et des activités de bricolage et de construction, ont mis en lumière les savoir-faire locaux. Ce sont, entre-autres, 5 bancs en châtaigner local et un en bois de chêne rouge, qui ont été façonnés à destination des jardins collectifs du Lot et des visiteurs présents. S’en est suivi un débat, avec les élus et participants, sur le thème de l’approvisionnement personnel et collectif en bois ainsi que de la nécessité de développer une offre locale.

L’animation de projection-débats autour du documentaire « Le Temps des Forêts » est un merveilleux outil de sensibilisation. Ce documentaire dépeint une réalité de certaines forêts et de la filière bois en France en prenant l’exemple de plusieurs régions représentatives du mal-être social, environnemental et économique grandissant dans nos régions boisées. Les équipes du

Lot et du siège de Cœur de Forêt ont donc animé 5 séances qui ont mobilisé entre une trentaine et une centaine de spectateurs par séance.

Après le succès des ateliers de bricolage à partir de bois locaux, un 2ème « WoodLab » a été organisé courant novembre dans la commune de Douelle (46140), où environ 250 participants ont été invités à fabriquer des treilles de jardin au fil de la journée. Nous avons également participé à plusieurs événements locaux tels que la Fête de La Pomme à Alvignac (46500), ou les allées ouvertes du Jardin Bourian.


Légende :

1. Presses papier fabriqués à la Fête de l’arbre / 2. Eléments du stand Coeur de Forêt, fabriqués en châtaignier local / 3. Bibliothèque, espace lounge, lors de la Fête de massif Frau / 4. Jean-Marie Aillet et sa scie mobile (Fête de massif Frau) / 5. Atelier «Wood Lab» à la Fête de l’arbre / 6. Atelier «Wood Lab» à la Fête de l’arbre (2)



Appui économique

Le projet a également pour vocation, de réfléchir aux débouchés pour les bois locaux et étudie ainsi de nouveaux modèles de filières. Quatre scénarii de valorisation sont ainsi retenus pour expérimentation : - Les opérations « bois de d’là », - La mise en place d’un comptoir de vente de bois local, - La mise en lien d’un approvisionnement de bois local avec des artisans locaux, et enfin, - La réalisation d’un catalogue recensant les offres d’artisans locaux (prototypes ou ligne de mobilier).

L’implication du coordinateur de projet au sein des instances locales (en particulier la révision des chartes forestières sur le territoire), a permis d’amener les scénarii portés par Cœur de Forêt comme une réelle perspective d’avenir sur le territoire. En juin 2019, le coordinateur s’est rendu sur une parcelle qui pourrait être la première parcelle d’expérimentation de l’opération « bois d’là », sur la commune de Boissière. Le conseiller forestier affilié avec l’association s’y est rendu pour réaliser une étude d’exploitation raisonnée des arbres : sélection et marquage des arbres, définition des chemins, cubage. Le chantier a par la suite été visité par Franck Mercier, entrepreneur forestier pressenti pour réaliser l’exploitation. La modélisation financière et institutionnelle d’une telle opération est encore à l’étude, raison pour laquelle elle ne devait être réalisée qu’au premier semestre 2020.

Dans le cadre du 3ème scénario, de mise en lien du bois local avec des artisans locaux, Cœur de Forêt a permis de faire le lien entre un besoin du magasin Biocoop de la ville de Gourdon et un artisan local capable de sourcer les bois utilisés. Il s’agissait de la création de 4 meubles pour équiper l’agrandissement du magasin : Un présentoir

à légume de 9 m de long (100 % châtaignier), des présentoirs classiques (structure en châtaignier et plateaux en Tripli), un meuble pour le vrac (structure en châtaignier et plateaux en Tripli), un meuble « bibliothèque » (structure en châtaignier et plateaux en Tripli) et enfin un meuble à épices (100% châtaignier).


légende :

1. Mulch grossier de chataignier local / 3. Banc fabriqué avec du bois du massif du Frau / 4. Meuble « bibliothèque » chez BIOCOOP / 5. Utilisation de la plane à bois lors de la Fête de massif du Frau / 6. Débusqueur, machine respectueuse des sols et maniable



Télécharger le rapport annuel en PDF (et découvrez des infos inédites non retranscrites dans l'article ) :

2019-annuel-FRANCE-compressed
.pdf
Download PDF • 4.51MB

Nous suivre
Naviguer sur notre site
  • Facebook Coeur de Forêt
  • Instagram Coeur de Forêt
  • Linked In Coeur de Forêt
  • Twitter Coeur de Forêt
  • YouTube Coeur de Forêt
Newsletter
Nous contacter

Projets

    Indonésie Florès - Tanawolo

    Cameroun - Sanaga

    Madagascar - Masoala

    Madagascar - Antsirabe

    Bolivie - Coroico

    Pérou - San Francisco

    France - Forêts du Lot

         Propriétaires de petits bois

    France - Sensibilisation

    France - Agriculture urbaine

Partenaires & Mécènes

    Nos mécènes

    Devenir mécène

35 bd du Champy Richardets 93160 Noisy le Grand contact(a)coeurdeforet.com / +33(0)145929223

Marque et logo déposés.

© Coeur  de Forêt