MADAGASCAR MASOALA - Préservation des espaces forestiers

Masoala (web).png

La déforestation et Madagascar

Madagascar seulement 7% du territoire est encore couvert de forêts alors que l’île possède un des plus gros taux d’endémisme au monde, avec la présence d’espèces qui n’existent qu’ici, dont de nombreuses espèces sont des plantes médicinales. Le projet Masoala, au Nord-Est du pays, sur la presqu’île du même nom, se situe à la lisière du plus grand parc national de Madagascar. Le long du fleuve l’Onive, nous intervenons sur les villages situés entre Ambatobe et Anjia. La création du Parc de Masoala en 1990 a permis de préserver une zone de 230 000 ha et de mener plusieurs recherches sur la faune et la flore. Cependant, depuis 2009, le Parc et ses abords subissent une très forte pression pour l’exploitation de bois précieux (bois de rose, bois d’ébène…) et pour la culture de tavy (culture mixte de riz et fruits sur colline par brûlis).

Chaque année de grandes surfaces supplémentaires sont défrichées et destinées à la culture du riz sur brûlis. Ainsi de 1950 à 1991, la forêt autour du fleuve l’Onive est passé de 20 405 hectares à 16 803 hectares et d’ici une dizaine d’année l’intégralité des forêts situées hors du Parc auront disparu. À cela s’ajoute de fréquents cyclones qui fragilisent les ressources et les infrastructures locales. C’est dans ce cadre que nous intervenons à travers les activités de reforestation et de valorisation économique de la forêt. Depuis 2009, nous avons pu planter 110 000 arbres et développer les filières équitables notamment de vanille, d’huiles essentielles et de cacao sur cette région.

Bilan 2019
Madagascar_Masoala (Web).png
Rapports projet
Bilan 2017
Rapport annuel projet Madagascar, Masoala, Coeur de foret
Rapports Semestriels

Rapport annuel 2019

Actualités du projet
L'équipe du projet
Ils soutiennent ce projet 

To play, press and hold the enter key. To stop, release the enter key.