• coordination-lot

Le martelage des arbres en forêt : Quésako ?


Frantz Veillé, technicien forestier chez Cœur de Forêt, entrain de désigner un Robinier (Robinia pseudoacacia) à préserver.

À l’automne, quand les arbres commencent à perdre leurs feuilles et à entrer en dormance pour l'hiver, il convient de préparer la période des travaux forestiers qui s'annonce. Le marquage des arbres, appelé dans le jargon du sylviculteur « martelage » est une étape clé qui permet de désigner ce que l'on souhaite faire de certains arbres et ainsi faciliter le travail des bûcherons et autres intervenant des travaux forestiers.

Désigner dans un premier temps les arbres à préserver.


On peut choisir de préserver certains arbres pour plusieurs raisons :

- Parce qu’ils sont bien configurés : bien droits, pas trop de branches, sain, etc... et ainsi on choisit de les maintenir loin dans le temps avec un objectif de production, on les récoltera donc un jour, mais pour le moment, on les bichonne et ils assureront tout ce temps leur rôle au sein de l'écosystème, pour la préservation des sols, de la biodiversité et du climat pendant encore de nombreuses années.

- Parce que cet individu spécifiquement joue un rôle clé au sein de l’écosystème forestier dont il fait partie (biodiversité, accueil, ombrage, refuge, reproduction). Cet arbre peut abriter une espèce spécifique, sensible, menacée ou protégée. Cet arbre peut être un arbre semencier, qui participera à la régénération naturelle de l'espèce, évitant de recourir à la plantation d'arbres, et permettant de maintenir à spécificité et l'adaptation spécifique des individus à cette station forestière. Cet arbre peut aussi simplement être placé à côté d'autres jeunes arbres, à qui on souhaite pour le moment fournir de l'ombrage.

- Parce que le propriétaire a un attachement particulier à l’arbre. Car cet arbre représente une histoire familiale, un souvenir d'enfance, parce que c'est un arbre remarquable ou qu'il porte un rôle social au sein du village et de son histoire, les raisons pour maintenir un arbre sont nombreuses.

Marquer dans un second temps les arbres à récolter.


Récolter certains arbres participe au bon développement de la génération d'arbres suivante, celle que l'on souhaite préserver, et notamment des arbres sur lesquels on place un objectif de récolte à plus long terme. En libérant de l'espace et en donnant plus de lumières aux jeunes arbres ou aux arbres à préserver, ces derniers peuvent ainsi mieux se développer.


C’est aussi lors de cette étape qu'on jauge le volume d'arbres à prélever selon la localisation des chemins qui cloisonnent les parcelles et en réfléchissant à ne pas perturber le fonctionnement de l’écosystème, ne pas endommager les sols ou les arbres d'intérêt à préserver sur le long terme.

Avec le propriétaire du bois, en famille ou avec d’autres techniciens, ce travail fait partie du cœur du métier de Frantz et représente toujours moment de rencontre, d’échange et de partage.