top of page
  • Photo du rédacteurTiphanie

Pourquoi avoir testé le Bois Raméal Fragmenté ? (BRF)

Le carbone, c’est la vie. Plus que l’eau, plus que tout autre élément.

Tout part de cette phrase. Sur nos projets, les sols défrichés manquent de carbone, et le Bois Raméal Fragmenté (BRF) est un fixateur de carbone dans les sols. Il était donc logique de l'intégrer dans nos projets.

Nous pensions bien faire, mais c’est en nous rapprochant du terrain, en expérimentant et en testant avec les populations locales que nous avons pu constater que le BRF n’est peut-être pas la véritable solution.



Qu'est-ce que le Bois Raméal Fragmenté (BRF) ?

Le Bois Raméal Fragmenté (BRF) sont des rameaux de bois de moins de 12 cm de diamètre, principalement composés de jeunes branches. Ce type de bois est riche en carbone, élément crucial pour la santé du sol. En apportant du carbone au sol, le BRF favorise la formation de chaînes carbonées essentielles comme les sucres et les protéines. Ces chaînes carbonées sont nécessaires à la vie microbienne et à la fertilité du sol.


Pourquoi utiliser le BRF ?

Le BRF est une méthode rapide pour revitaliser les sols appauvris par l'agriculture intensive. Ces sols, souvent dégradés et dépourvus de matière organique, bénéficient grandement de l'apport en carbone offert par le BRF. Il va permettre de stabiliser la matière organique dans le sol.

En milieu tropical, où la dégradation des matières organiques est plus rapide, l'utilisation du BRF peut aider à rétablir un équilibre écologique.

En France, les sols perdent environ 2% de matière organique chaque année, tandis qu'en milieu tropical, la perte est plus rapide.

Le BRF offre plusieurs avantages, notamment une augmentation rapide de la matière organique du sol.  Grâce au BRF, nous passons de 2% de matière organique à 4% en un an, l'optimum étant à 5%. Toutefois, un apport excessif de matière organique peut entraîner des problèmes de maladies. Encore une fois, tout est une question d’équilibre : il faut autant d’approvisionnement que de dégradation des sols.

Sur notre projet en Bolivie, des expériences ont été menées pour tester l'efficacité du BRF, sur des parcelles agroforestières.

Nous avons appliqué différentes épaisseurs de BRF autour des plants et les résultats étaient prometteurs : les plants de coca étaient plus verts, plus grands et la pousse de fois plus rapide. Un exploit me direz-vous ?


Les résultats scientifiques vs la réalité du terrain

Scientifiquement, les résultats de l'utilisation du BRF sont impressionnants. Par exemple, sur notre projet Cœur de Forêt à Madagascar, les rendements étaient multipliés par trois. Cependant, l'application pratique de cette méthode se heurte à des obstacles logistiques et humains. Les habitants, munis de leur brouette, parcouraient plus de 5 kilomètres pour collecter du bois à broyer manuellement. Cette tâche chronophage nécessite des quantités phénoménales de bois, rendant la méthode difficile à mettre en œuvre à grande échelle.


Les défis du BRF

  • La quantité de bois : Les volumes de bois nécessaires sont énormes, et la filière bois n'est pas suffisamment développée en Bolivie ou à Madagascar.

  • La main d’œuvre : Le broyage manuel du bois est un travail colossal, limitant la faisabilité de la méthode sur des grandes parcelles.


Mettre en place de nouvelles techniques agricoles, c’est avant tout un enjeu humain. Et en ce sens, ces expériences ont été un grand succès. Nous sommes allés à la rencontre des populations et avons discuté de leurs pratiques et de leurs contraintes. C’est ainsi que nous pouvons explorer d’autres façons d’enrichir le sol en carbone, avec des techniques qui soient abordables et pratiques pour les producteurs.


La solution recommandée

La solution que nous préconisons pour les agriculteurs : les systèmes agroforestiers. Les arbres dans les champs de culture produisent des branchages qui tombent naturellement au sol et le nourrissent. Cela permet de stabiliser la matière organique dans le sol de manière plus naturelle et durable.


Nous encourageons chacun à se joindre à nous et à soutenir la forêt en parrainant un arbre. Ensemble, nous pouvons faire la différence et œuvrer pour un avenir où l'humain et la forêt coexistent en harmonie.

Comments


bottom of page