top of page
  • fauvernierelisa

Accusé brûlant n°3 : Le délaissement


Le 20 juillet 2022, le Président de la République annonçait vouloir renforcer les effectifs de l’Office Nationale des Forêts pour prévenir les feux de forêt.

Pourtant, entre 2002 et 2015 l’ONF a perdu 22% de ses effectifs, et ce phénomène s’est accéléré durant le dernier quinquennat* Il est essentiel de soutenir les agents de l’ONF pour préserver les forêts publiques. Mais savez-vous que 75% de la forêt française est privée et appartient à des propriétaires particuliers ? Cet été, 93% des parcelles qui ont brûlé étaient privées **. Pour lutter contre les feux de forêts, n’oublions pas les propriétaires privés, acteurs essentiels pour que nous puissions préserver les massifs.


Aujourd’hui, un grand nombre de propriétaires sont isolés et n’ont pas les moyens de mettre en place une gestion sylvicole douce et adaptée de leur parcelle. Une partie importante de la forêt française n’est pas suffisamment entretenue, propageant plus facilement les flammes lors des départs de feux. Et si aujourd’hui, vous vous intéressiez avec nous au délaissement de la forêt française ?



En France, l’obligation d’un plan de gestion forestière ne concerne que les parcelles de + de 25 hectares et seules la parcelles de + de 10 hectares peuvent en adopter un de manière volontaire. De ce fait, 2/3 de la forêt privée n’est pas obligatoirement couverte par un plan simple de gestion**. Les parcelles de forêts sont généralement jugées trop petites pour être suivies par des professionnels de la forêt laissant les propriétaires démunis.

De plus, le nombre d’emplois et la diversité de métiers de la filière #bois se perdent au fil des années. Cette dévitalisation entraine un manque d’entretien des forêts. Ces bois sont anciens et diversifiés mais l’absence d’intervention empêche la mise en place d'allées pare-feu ou d'accès.


Exemple de l’incendie de la “forêt usagère” au pied de la Dune du Pilat. Dans cette forêt non entretenue, la végétation luxuriante et la présence de nombreux arbres morts ont ralenti les pompiers, contraints de tronçonner des arbres pour se frayer un chemin vers les feux. En opposition totale avec les monocultures de Pins décimées à la même période, cette forêt “moyenâgeuse” est également le témoin d’une “gestion” forestière qui peut favoriser la propagation des incendies en forêt.



🌳💚 Pour sortir de ce brasier, déclarons notre flamme pour une forêt diversifiée ! Jusqu’au 12/11, apportez votre pierre à l’édifice en participant à notre collecte, soutenez notre projet France et diffusez un modèle de gestion durable pour la forêt et l’humain :



* Office Nationale des Forêts ** Rapport d'information n° 856, déposé par le Sénat le 3 août 2022

bottom of page