top of page
  • Photo du rédacteurElisa Fauvernier

Les forêts tropicales, une pharmacie naturelle


Fabrication d'un médicament grâce aux végétaux

Les forêts sont indispensables pour nous protéger des épidémies. Mais c’est aussi elles qui nous offrent des remèdes quand nous sommes malades. Mère Nature est plutôt bien faite ;).

 

Comment ça marche ? Les plantes et les animaux utilisent des défenses chimiques pour assurer leur survie. Ce sont ces mêmes composés chimiques qui sont utilisés pour bon nombre de nos produits pharmaceutiques.


Selon une étude publiée dans l’International Journal of Oncology, plus de 60% des plantes ayant des propriétés anti-cancéreuses se trouvent dans les forêts tropicales.

Mais ça ne s’arrête pas là : la malaria, les maladies cardiaques, l’hypertension, le diabète ou encore les rhumatismes, sont aussi traités par des composants présents dans les plantes des forêts tropicales.


 

Les arbres au cœur de la médecine ancestrale, un trésor médicinal à découvrir !

 

Les peuples autochtones et certaines communautés locales sont les premiers à dépendre de la forêt. Elle est leur refuge physique et spirituel, leur source de nourriture, ainsi que leur pharmacopée. Grâce aux savoir-faire ancestraux, les plantes médicinales n’ont aucun secret pour ces populations. C’est d’ailleurs grâce à leur partage de connaissances, que nous sommes capables aujourd’hui de sauver beaucoup de vies.

 

Selon l’ethnobotaniste Mark J. Plotkin, dans un livre paru en 2020 aux presses universitaires d’Oxford, sur les 16 000 espèces d’arbres estimées au sein de l’écosystème Amazonien, plusieurs milliers n’ont pas encore été « baptisées » par les scientifiques. Encore plus nombreux sont ceux dont l’éventuel potentiel médicinal n’a pas été évalué. Tout porte à se demander : combien de remèdes naturels sommeillent dans leur tronc, leurs feuilles, leurs fleurs ? Et combien sont déjà menacées d’extinction par l’activité humaine ?

 

 

Différentes espèces forestières, végétales et animales aux vertus médicinales 

 

Rien de mieux que des petites histoires pour vous démontrer le potentiel incroyable de ces forêts 🙂

 

Le sang du dragon

 

En Amazonie, dans les années 50, le guide d’une botaniste s’était blessé dans la jungle. Un chamane a alors incisé l’écorce d’un croton (espèce d’arbuste), nommé sang du dragon, et a appliqué sa sève sur la plaie. Non seulement la blessure ne s’est pas infectée, mais mieux, elle a rapidement cicatrisé ! Aujourd’hui, un composé de cette sève est le premier antidiarrhéique approuvé par l’Agence Américaine des Médicaments (FDA) pour les traitements contre le VIH.

 

Le Quinquina

 

Petit arbuste que l’on trouve dans plusieurs pays de l’équateur, le Quinquina est utilisé depuis des millénaires. Notamment pour ses écorces, avec lesquelles on fabrique un vin très réputé. Mais ce sont surtout ses vertus médicinales spectaculaires qui ont fait la réputation de cet arbre, nommé “Kina-Kina” ou plutôt “écorce des écorces” par les tribus indigènes péruviennes. Ses propriétés tonifiantes, fortifiantes, fébrifuges et cicatrisantes lui sont conférées par le fort taux de « quinine » contenu dans son écorce. Au 19e siècle, les populations occidentales comprennent que le Quiquina peut soigner la Syphilis, faisant de son écore un véritable allié face à cette maladie alors très contagieuse. Et aujourd’hui, le Quiquina est encore utilisé pour traiter le Paludisme dans le monde entier !

 


 Et la faune dans tout ça ?

 

Les remèdes de l’Amazonie sauvent des millions de vies, et les animaux, par leurs mécanismes fascinants, y contribuent.


C’est le cas des dendrobates, appelées aussi « grenouilles à flèches empoisonnées ». En plus d’être particulièrement magnifiques, elles renferment de nombreux alcaloïdes ayant conduit à une meilleure compréhension des anesthésies locales et des anti-convulsifs.


Une autre espèce de grenouille, appelée Phyllomedusa bicolor, est capable de sécréter un opioïde naturel 40 fois plus puissant que la morphine. C’est depuis des années le « médicament à tout soigner » des Matsés, population vivant à la frontière entre le Brésil et le Pérou.

 

Le Jararaca, un serpent à sonnette, possède un venin dont l’étude a abouti à la synthèse du captopril, un des médicaments contre l’hypertension les plus efficaces. Il a ouvert la voie à toute une classe de médicaments qui ont sauvé la vie de millions de personnes.

 

 

Engagez-vous à nos côtés pour la préservation des forêts !

 

Les forêts regorgent de secrets extraordinaires. Leur conservation est primordiale à différents niveaux : sanitaire, humain ou encore environnemental. La COVID 19 nous a permis de prendre pleinement conscience que notre santé dépendait de la nature. En détruisant les habitats naturels, la déforestation augmente notre proximité avec les animaux, et donc, les risques de maladies.

Vous aussi, soutenez nos équipes sur le terrain et apportez votre soutien pour une gestion durable des forêts.





Comments


bottom of page