top of page
  • Photo du rédacteurElisa Fauvernier

On parle des abeilles mélipones dans le magazine "El Café Latino"


On parle des abeilles mélipones dans le magazine "El Café Latino"


El Café Latino est un magazine imprimé et un site web bilingue (espagnol-français) qui présente la culture de l'Amérique latine en Europe. Depuis 2012, il raconte l'histoire et partage les actualités sud-américaines au travers de plusieurs thématiques : les peuples, la culture, l'environnement et les débat d'idée en Amérique latine.


Et cette année, c'est la deuxième fois que le magazine fait appel à notre plume engagée pour écrire un article qui présente nos activités en Bolivie. Dans cette nouvelle édition du magazine, vous trouverez ainsi un article qui présente l'apiculture et la méliponiculture en Bolivie. Et plus spécifiquement, comment nous diffusons cette activité au service de la préservation des forêts. Découvrez ci-dessous notre article ou lisez directement le magazine en ligne :




Les Abeilles mélipones de Bolivie : Essentielles pour la biodiversité et le développement durable


Nichée au cœur de l'Amérique du Sud, la Bolivie est un écrin de nature, riche en biodiversité. Des déserts de l'Altiplano aux sommets vertigineux des Andes, en passant par les forêts tropicales des Yungas, cette terre est un carrefour foisonnant de vie. La région des Yungas, en particulier, est un véritable trésor hébergeant plus de 1500 espèces différentes, animales comme végétales. L’association Cœur de Forêt agit   pour protéger ce hotspot de biodiversité : 70% des habitats d’origines y ont déjà disparu ! 

 

Au cœur de la forêt tropicale, les abeilles mélipones, de petites abeilles sans dard, tiennent un rôle capital. Ces butineuses sont des héroïnes discrètes de l'écosystème.


Des millions d'années d'histoire 


Les abeilles mélipones, fascinent par leur absence de dard et leur présence dans toutes les zones chaudes du globe. Leur distribution mondiale, séparée par des océans et des montagnes, témoigne d'une histoire ancienne. Leur existence, qui remonterait à 100 millions d'années, témoigne du fascinant voyage de la vie à travers les âges, marquant les changements géologiques de notre planète.


Un rôle écologique indéniable 


Les « abeilles sans dard » regroupent 500 espèces, dont une majorité provient du Bassin amazonien. Parmi elles, environ 15 % sont domestiquées pour la production de miel ou la pollinisation des plantes cultivées. Ces abeilles, allant de la taille d'une mouche à celle d'une abeille géante, sont des pollinisatrices clés. D’après des études récentes, 38 % de la flore amazonienne serait concernée, et une plante sur deux serait fécondée par une seule espèce d’abeille. Leur richesse et leur diversité semble ainsi déterminante dans le bon fonctionnement des écosystèmes forestiers.


Un patrimoine culturel vivant 


En Amérique latine, leur élevage remonte parfois à deux millénaires. Les mélipones ne sont pas seulement des ouvrières de la nature. Elles sont aussi ancrées dans la culture des communautés locales. Leur miel, connu depuis l'Antiquité, est à la fois aliment et remède. L'Abeille jatai, par exemple, produit un miel aux vertus curatives, prisé bien au-delà de sa valeur nutritive. Le rôle des abeilles mélipones, tant social qu’économique, doit nous pousser à les préserver. 


Des pollinisatrices menacées 


Les mélipones font face à de sérieux défis. La déforestation, les pesticides, les maladies et les changements climatiques menacent leur survie. Leur disparition potentielle est alarmante, notamment pour l'équilibre des écosystèmes qu'elles aident à maintenir.  

Le plus grand défi environnemental dans les Yungas boliviennes ? La culture de coca. Elle y est pratiquée depuis des siècles par les communautés, pour les rituels traditionnels et pour ses propriétés médicinales. Désormais cultivée en monoculture, elle épuise les sols et pollue les cours d’eau. Face à ces défis, l’association Cœur de Forêt propose des alternatives durables, pour préserver les sols et la biodiversité en partenariat avec les producteurs locaux. Appuyer le développement de l’apiculture et de la méliponiculture est l’une des solutions choisies par l’association en Bolivie. 


Agroforesterie et communautés locales : Un avenir durable 


La sensibilisation à l’importance des abeilles mélipones est cruciale pour la préservation des forêts. En devenant des espèces « porte-drapeau », elles favorisent une prise de conscience générale sur l'importance de sauvegarder la biodiversité et leurs écosystèmes.

Pour cela, l’association Cœur de Forêt forme les apicultrices et les apiculteurs de demain dans les Yungas, et encourage le développement de l’agroforesterie. En plus du matériel, tel que les ruches, l’association fournit un véritable accompagnement, avec une dizaine de visites de suivi et d’ateliers, jusqu’à la maitrise complète de l’élevage des abeilles et la production de miel par les bénéficiaires. Au total, près de 250 ruches mélipones ont déjà été distribuées auprès d’une trentaine de méliponicultrices et méliponiculteurs. En 2023, 15 d’entre eux sont déjà devenus autonomes. 


Vous aussi, vous pouvez participer à la préservation des forêts et des abeilles mélipones en Bolivie aux côtés de Cœur de Forêt. Vous trouverez de nombreuses informations sur notre page dédiée :



Comments


bottom of page