• fauvernierelisa

Rapport annuel 2021 : projet Antsirabe [2/3]

Dernière mise à jour : 18 oct.



Partie 2 : Appui aux producteurs vers l'agro-écologie



Expérimentation de techniques agroécologiques agroécologiques


Grâce aux différentes expérimentations culturales que nous menons sur les 2 Zones d’Investissement Agricole (ZIA), nous collectons chaque année des connaissances pour orienter au mieux les techniques de productions proposées aux organisations de producteurs que nous accompagnons.


Les enseignements acquis portent sur les bénéfices des associations culturales entre production vivrière (fruits et légumes pour l’alimentation) et production de plantes aromatiques et médicinales comme la Citronnelle et le Géranium. Il semblerait notamment que le Géranium soit plus productif lorsqu’il cultivé en rotation, mais également qu’il résiste mieux à la sécheresse. Ces résultats doivent être confirmés grâce à de nouveaux protocoles. En effet, les résultats actuels ont été biaisés par la structure en pente des parcelles étudiées impactant potentiellement la fiabilité de nos résultats.




Agroforesterie


Cette année encore, les cultures de Géranium et de Citronnelle cultivées en agroforesterie ont produit plus de masse verte (feuillage) que lorsqu’elles sont cultivées en monoculture. Nous avons comparé plusieurs essences d’arbres en association avec des plantes aromatiques et médicinales. Les modèles ayant donné les meilleurs résultats sont ceux avec les essences d’arbres de Filao et de Tephrosia. Les modèles avec des pommiers, de l’issa et de l’acacia ont donné des rendements plus faibles, mais toujours plus intéressants que si nous avions cultivé les plantes aromatiques en monoculture. En plus d’améliorer le rendement des plantes aromatiques, l’association avec des espèces d’arbres permet également de diversifier les ressources valorisables pour le producteur notamment avec la production de fruits (pommier) et d’huiles essentielles (Issa).


Fertilisation 


Cette année encore, l’application d’un traitement fertilisant a amélioré le rendement en masse verte de Géranium et de Citronnelle quel que soit le fertilisant testé en multipliant en moyenne par 1,6 le rendement en masse verte du Géranium et par 2,6 fois celui de la Citronnelle. Les expérimentations se sont poursuivies sur 0,7 ha pour comparer les 5 composts testés : composts Andain, Bokashi, Chinois, liquides et recyclés et identifier le plus efficace pour chaque culture et selon les doses appliquées. Les premiers résultats laissent entrevoir des tendances intéressantes mais devront être confirmés par la suite des expérimentations avant d’en tirer des conclusions fiables.



Bois Raméal Fragmenté


Pour enrichir leurs sols, certaines parcelles sont recouvertes de “Bois Raméal Fragmenté” (BRF), un type de paillage plus technique que le Mulch classique. Sur nos expérimentations, il est réalisé à partir de Mimosa, broyé en petits copeaux de bois. Ce fin découpage facilitera le développement des champignons, éléments indispensables à la décomposition du bois. Ce type de paillage est un paradis pour la biodiversité. Avec son microcosme favorable, il va jouer un rôle essentiel dans l’enrichissement du sol. Il le nourrit fortement en lui apportant un amendement organique. Grâce au BRF, le sol devient peu demandeur en eau, une ressource précieuse sur cette zone touchée par la sécheresse et les aléas climatiques.


Afin de mesurer l’impact des apports carbonés dans le sol sur des cultures utilisant du Bois Raméal Fragmenté, plusieurs expérimentations ont été initiées sur 0,2 hectares de la ZIA. Les premiers rendements de l’expérimentation ont été observés cette année. Si les résultats sont pour l’instant difficilement interprétables, ils correspondent à la fourchette moyenne des rendements du Géranium en monoculture. C’est un bon signe pour les prochaines étapes de l’expérimentation. Pour poursuivre cette expérimentation, trois parcelles en monoculture sans recours au BRF seront échantillonnées pour avoir un témoin dans le même contexte pédoclimatique.


Protocole macrofaune 


Les prélèvements macrofaunes initialement prévus ont été décalés au premier trimestre 2022. Afin de dénombrer l’impact des cultures agroécologiques sur les populations de vers de terre, une session complète de prélèvement aura désormais lieu tous les 2 ans. Elle s’intercalera avec la mise en place d’un protocole “moutarde”, qui consiste à arroser plusieurs zones du sol d’un mélange d’eau et de moutarde pour faire remonter en surface les vers de terre présents. Ainsi, un prélèvement sera réalisé chaque année.


Analyses de sols


Des analyses de sols sur le site de la ZIA n°2 ont été réalisées. Ces résultats constitueront un élément de comparaison pour les prochaines expérimentations afin de mesurer l’évolution de la structure et la composition du sol.

Des réflexions sont en cours concernant le mode de diffusion des fiches techniques agroécologiques et forestières aux partenaires extérieurs pour 2022/2023.




Agir sur la ressources-bois : diffusion de foyers de distillation économes


Pour diminuer la consommation en bois des foyers des alambics utilisés pour distiller les huiles essentielles et également pour réduire les émissions de CO2, résultats de la combustion du bois dans les chaudières des alambics, 7 foyers améliorés ont été répartis entre des producteurs d’huiles essentielles à Ambositra, Ambohimandroso et Antsirabe ainsi que sur la plateforme d’expérimentation et de valorisation de Cœur de Forêt à Ibity.


Le passage à ces foyers améliorés a permis de diminuer la quantité de bois utilisée de 44,23% en moyenne par rapport à l’unité de distillation que les producteurs utilisaient auparavant, ainsi que les émissions de CO2 de 149,25 kg de CO2 émis par kg d’huile essentielle distillé.

Pour éviter une appropriation de l’ingénierie par une tierce partie externe au projet, le modèle industriel du foyer chaudière est officiellement déposé auprès de l’Office malgache de la Propriété Industrielle. Cœur de Forêt peut ainsi protéger cette ingénierie pour mieux la mettre à disposition d’un opérateur qualifié et choisi, et ce, à titre gracieux, afin de favoriser la diffusion à plus grande échelle de ce foyer.


Dans ce cadre, il a été décidé d’appuyer l’équipe de maçons et de soudeurs locaux partenaires de Cœur de Forêt dans la création d’un marché de construction d’unités de distillation. Pour le moment, le rythme de diffusion de ces foyers n’est pas assez fort pour pouvoir structurer un marché stable. Dans le futur, avec l’accélération du rythme de leur diffusion, il sera intéressant de créer un marché de construction, d’entretien et de diffusions des unités de distillations avec ces artisans ciblés.


Former les producteurs à la transition agroécologique, à l’entrepreneuriat et à la gouvernance


Dans le but d’accueillir les formations théoriques dispensées aux organisations de producteurs, une salle de formation a été construite.

L’articulation des formations à l’agroécologie et à l’entreprenariat agricole a été renforcée pour mieux coordonner les deux compétences et favoriser le passage des paliers d’apprentissage des organisations de producteurs.


Afin d’alimenter les programmes de formation à l’entrepreneuriat agricole et parfaire les acquis théoriques de chaque groupement à travers des cas concrets de la vie quotidienne, Cœur de Forêt s’est inspiré du jeu “Budgetissimo”, créé par l’association française Familles rurales pour l’adapter au projet Madagascar Antsirabe. Son utilisation pédagogique a commencé au troisième trimestre 2021. Ce jeu développera à la fois les capacités de gestion au sein d’une unité agricole mais également la gestion budgétaire familiale.




2 nouvelles organisations de producteurs ont été constituées en 2021


Fivoarana Tafaray” , dont le nom signifie “Progresser ensemble“, est composée de 10 nouveaux membres, 5 femmes et 5 hommes. Leur formation a débuté au premier trimestre 2021 suivant notre programme de formation avec les modules sur les techniques de transplantation des plantes aromatiques & médicinales, du bouturage, des techniques de coupe et de distillation, jusqu’à la fabrication et l’utilisation d’intrants biologiques, à l’agroécologie, à l’entretien post-plantation ainsi qu’au maraichage et en complétant également sur l’année les modules concernant l’entrepreneuriat agricole, la gestion financière et l’organisation sur forme de groupement.

Après 80 heures de formation, la première année de formation théorique est terminée. Selon l’évaluation finale des membres, 80% des participants ont bien assimilé l’essentiel de la formation.

En 2021, le groupement Fivoarana Tafaray a également reçu 40 000 pieds de géranium plantés au premier semestre, puis 50 000 pieds ont ainsi pu être transplantés au dernier trimestre. La récolte de géranium (des feuilles) qui en a suivi a permis de produire 20,3 kg d’huile essentielle.


Fiombonana ”, qui signifie quant à elle “Union“ est également composée de 10 nouveaux producteurs et productrices (50% de femmes). Leur formation a débuté au troisième trimestre 2021 avec la réalisation des 2 premiers modules du programme de formation.

Le groupement Fiombonana a quant à lui pu s’installer sur 2,5 hectares de terrain mis à disposition sur le site de la ZIA 2. Grâce à leur formation rapide, les producteurs ont pu transplanter 49 000 géraniums durant le dernier trimestre de l’année 2021. Plusieurs espèces ont également pu être plantées en culture associée : 1 hectare de haricots, 1 hectare de soja ainsi qu’un demi hectare de tagète. Les 1000 pieds de géranium restant pourront être plantés en début d’année 2022. Au vu de la récente implantation des cultures, aucune distillation n’a pu avoir lieu en 2021.


Equimada, Taratra et Fanantenana


Les 3 organisations de producteurs déjà appuyées par Cœur de Forêt sur les années précédentes : Equimada, Taratra et Fanantenana, ont adhéré d’elles-mêmes à FIFATA (Fikambanana fampivoarana ny tantsaha ou association pour le progrès des paysans). Cette organisation malgache d’envergure nationale fédère les organisations de producteurs. Les producteurs s’intègrent désormais dans un réseau avec d’autres organisations de producteurs et peuvent bénéficier de formations supplémentaires. Les deux autres organisations de producteurs : Fivoarana Tafaray et Fiombonana, adhéreront à FIFATA lorsqu’elles seront constituées juridiquement.


La gouvernance des organisations de producteurs (OP) est également un point crucial pour la pérennité des structures et pour garantir l’équité entre ses membres. Nous nous attachons donc à suivre le déroulement des assemblées générales pour en analyser les points forts et les éventuelles faiblesses à rectifier. Un suivi plus poussé des indicateurs comptables et financiers va également être mis en place, afin de prévoir l’évolution financière des OP.



Notre méthodologie d’accompagnement des organisations va être synthétisée dans un guide qui regroupera les indicateurs économiques, sociaux, environnementaux et de gouvernance que nous suivons pour dire si l’autonomie technique, de gestion et financière est atteinte. Il sera diffusé librement auprès de nos parties prenantes.


Cette année, une étude socio-économique a pu être réalisée auprès des membres des différentes organisations de producteurs que nous appuyons. Cette enquête analyse pour chaque producteur ou productrice ainsi que pour son foyer la situation actuelle socio-économique : l’emploi, les sources de revenus, les cultures pratiquées, la propriété, les sources d’énergie utilisées, leur niveau d’études la scolarisation des enfants et l’accès à la santé.


En comparant la situation des différentes organisations de producteurs accompagnées par Cœur de Forêt cette année et les années précédentes, nous avons ainsi pu estimer l’évolution des revenus, du niveau de vie et de l’accès aux infrastructures pour des producteurs qui entament un accompagnement avec Cœur de Forêt.

Nous avons également mis en lumière l’autonomie avancée des deux organisations les plus anciennes de nos bénéficiaires : “Equimada” et “Taratra”. Face à ce résultat prometteur, il a été décidé qu’elles deviennent entièrement autonomes au cours de l’année 2022.


Malheureusement, même si Fanantenana a connu une autonomisation technique rapide, la coopération entre les membres peine à s’autonomiser véritablement à cause de tensions familiales. Le départ de certains membres, des ajustements dans le règlement intérieur et un suivi renforcé devraient permettre l’envol du groupement.



Appliquer les principes biologiques, équitables et l’ESS


En début d’année 2021, la société de commercialisation Fon’Ala, créée par l’association Cœur de Forêt en 2011 avec cette vocation d’être un outil d’appui pour le développement des filières et pour le développement humain des producteurs partenaires, a obtenu la certification biologique d’Ecocert Madagascar sur 16 huiles essentielles et 8 huiles végétales. Au troisième trimestre 2021, Ecocert a mené une visite de contrôle concernant la certification biologique de la société Fon’Ala et a maintenu la certification de celle-ci.

En plus de cette certification biologique d’Ecocert, Fon’ala a la volonté d’obtenir la certification Fair for Life en 2022. Cette certification valorise les filières mettant en œuvre de bonnes pratiques économiques, sociales et environnementales, mais elle permet surtout aux producteurs de sécuriser leurs ventes et leurs approvisionnements grâce à des contrats à long termes incluant des prix et des volumes fixes.


Dans une volonté de renforcer la mission sociale de Fon’Ala, nous avons souhaité mettre en place la démarche CERISE. Cet outil d’auto-évaluation permet aux entreprises sociales de se confronter à des pratiques considérées comme fondamentales pour la mise en œuvre de leur mission. Un 1er audit interne a ainsi été réalisé qui nous a permis de dresser un plan d’actions qui s’étalera sur 2 ans. Une partie des statuts de la société Fon’Ala ont ainsi été réécrits. L’objet social a été reformulé afin de mieux faire ressortir la vocation sociale et environnementale de celle-ci. Elle précise par exemple la mise en place d’une gestion raisonnée des ressources, la régénération de la biodiversité et la sauvegarde des forêts. A la clé de cette montée en exigence : l’atteinte du score de 70% sur la grille d’évaluation CERISE, la reconnaissance du statut de Social business pour la société Fon’Ala et une réaffirmation de son rôle au service de l’intérêt général.


Audits de fournisseur


L’équipe des sociétés commerciales à Madagascar a réalisé au troisième trimestre un audit sur la filière huile essentielle de Mandravasarotra dans la région de Majunga. Le constat est sans appel : sans une action d’appui à l’ensemble de cette filière, la ressource aura disparu d’ici quelques dizaines d’années. Il est donc essentiel de mettre en place des actions de préservation et de renouvellement de la ressource accompagnée d’une logique de durabilité des techniques de collecte.


Commercialiser & assurer la traçabilité


La boutique de Cœur de Forêt à Antsirabe a été équipée d’une tablette et d’un logiciel de vente, facilitant ainsi le traitement des données de ventes et leur analyse. De plus dans le cadre du financement du projet, la société Fon’Ala a acquis du matériel de laboratoire, 10 bouteilles en aluminium ainsi qu’un décanteur acheté en France.


Cette année, le chiffre d’affaires généré en 2021 par les 2 sociétés de commercialisation est de 74 344,14€ grâce à la vente de 575 kg d’’huiles essentielles et 302 kg d’huiles végétales soit une belle progression avec 508 kg supplémentaires par rapport à l’année 2020.



ou télécharger le rapport dans son intégralité